PATRIOTISME

(CNRTL)

Attachement profond et dévouement à la patrie, souvent avec volonté de la défendre militairement en cas d'attaque extérieure. 

La Russie m'a fait faire des propositions [pour ma découverte], mais le patriotisme dont je suis animé ne me permettait pas de priver la France, la belle France, du fruit de mes travaux et de mon génie (Reybaud,J. Paturot,1842, p.89).

Sous le couvert des prétextes politiques, c'est cet instinct du risque, qui pousse les peuples les uns contre les autres. Le patriotisme sincère est-il autre chose que la joie de partir avec des étendards et des femmes en pleurs (...)? (Rivière,Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p.164):

1. Le patriotisme grec se manifeste de deux façons entièrement opposées, au dehors et au dedans du pays. Les Grecs du dehors adorent la patrie commune; ils se dépouillent pour elle, ils ne songent qu'aux moyens de la rendre plus riche et plus grande. Les Grecs du dedans ne s'occupent qu'à fermer le pays aux Grecs du dehors. Les uns ont le patriotisme prodigue, les autres le patriotisme conservateur. About,Grèce,1854, p.66.

− [Pendant la Révolution où l'attachement à la patrie était lié à l'adoption des idées nouvelles] L'aristocratie fuyoit; aujourd'hui elle insulte. Le patriotisme donnoit la loi; aujourd'hui c'est l'intrigue (Robesp.,Discours,Guerre, t.8, p.148).Le monde ne sera-t-il pas plus réformé par le patriotisme que par le christianisme? (Desmoulinsds Vx Cordelier,1793-94, p.300):

2. L'empereur avait été très chaud, disait-il, et de fort bonne foi au commencement de la Révolution; il s'était refroidi par degrés à mesure qu'il avait acquis des idées plus justes et plus solides; son patriotisme s'était affaissé, disait-il, sous les absurdités politiques et les monstrueux excès civils de nos législatures... Las Cases,Mémor. Ste-Hélène,t.1, 1823, p.447.

− [L'accent est mis sur le rejet de ce qui est étranger] 

Synon. chauvinisme (péj.), nationalisme.

L'intelligent patriotisme empêchait un théâtre français de représenter un opéra de Wagner (HuysmansÀ rebours,1884, p.273).[

Carrière, un peintre,dit que maintenant en France, une entame du patriotisme est faite surtout par le grand nombre de mariages contractés par des Français avec des étrangères, ce qui n'existait pas dans l'ancienne France (Goncourt,Journal,1892, p.276).

J'avais oublié que la germanophobie était à la mode en France et qu'avant mon départ un libraire m'avait dit «qu'il n'y avait plus que le patriotisme qui se vendait» (Larbaud,Jaune,1927, p.285).

− [L'accent est mis sur l'oppos. avec le pacifisme] 

C'est ce que les gouvernements appellent compter sur notre patriotisme et notre sentiment du devoir. Il fallait que nous fussions prêts pour le jour où la plaie s'ouvrirait du côté de Verdun (GuéhennoJournal homme 40 ans,1934, p.94):

 

 Définition Larousse:

  • Attachement sentimental à sa patrie se manifestant par la volonté de la défendre, de la promouvoir.

 --------------------------------------------------------------------------------------------

 

NATIONALISME 

(CNRTL)

http://www.cnrtl.fr/definition/nationalisme

A. − HIST. [Après la Révolution française] Courant de pensée fondé sur la sauvegarde des intérêts nationaux et l'exaltation de certaines valeurs nationales. Dans son premier sens le nationalisme est (...) très largement marqué dans un sens révolutionnaire et se confond avec la conscience nationale révolutionnaire (encore convient-il de noter que la référence nationale sert de justificatif dans la phase d'expansion territoriale et de conquête, pendant la Révolution elle-même) (R. Martelli,La Nation,Paris, Éd. soc., 1979, p.105).

− P. ext., mod. Doctrine, mouvement politique fondé sur la prise de conscience par une communauté de former une nation en raison des liens ethniques, sociaux, culturels qui unissent les membres de cette communauté et qui revendiquent le droit de former une nation autonome. Nationalisme arabe, populaire; nationalisme des peuples colonisés. Président au Néo-Destour, il [Bourguibaréside assez peu en Tunisie, s'employant de préférence à rechercher pour le nationalisme tunisien des appuis à l'extérieur (Le Monde,19 janv. 1952, p.2, col. 3).

B.[À partir du xixes.] Courant de pensée qui exalte les caractères propres, les valeurs traditionnelles d'une nation considérée comme supérieure aux autres et qui s'accompagne de xénophobie et/ou de racisme et d'une volonté d'isolement économique et culturel. Abus, outrance du nationalisme; nationalisme économique; nationalisme en art, en littérature; nationalisme intégral. Tout retour d'un nationalisme étroit a toujours pour conséquence un développement de l'esprit protectionniste, c'est-à-dire une tendance des peuples à s'isoler, économiquement et moralement, les uns des autres (Durkheim,Divis. trav.,1893, p.266).Jean-Jacques est (...) l'annonciateur du pire nationalisme. Le mot «nation» est à toutes les pages. Jean-Jacques l'emploie avec une ferveur et une autorité prophétique et qui fait peur(Guéhenno,Jean-Jacques,1952, p.293):

 

DEFINITION LAROUSSE :

  • Mouvement politique d'individus qui prennent conscience de former une communauté nationale en raison des liens (langue, culture) qui les unissent et qui peuvent vouloir se doter d'un État souverain.
  • Théorie politique qui affirme la prédominance de l'intérêt national par rapport aux intérêts des classes et des groupes qui constituent la nation ou par rapport aux autres nations de la communauté internationale.