Les races issues de l'espèce chevalinesont nombreuses et variées. Cette grande diversité a pour origine leur adaptation à l'environnement (aptitude à jeûner, résistance aux hautes températures ou encore sûreté de pied en terrain montagneux), et surtout l'élevage sélectif puis les croisements opérés par l'homme sur le cheval domestique.  

Certains traits tels la rapidité, la capacité de portage ou encore celle à tracter de lourdes charges, ont été privilégiés. Les races sont généralement divisées en trois grandes catégories : les chevaux de trait destinés à la traction, les chevaux de selle destinés à être montés (y compris chevaux de sport pour le haut niveau) et les poneys. Les cobs, chevaux à deux fins pouvant être montés aussi bien qu'attelés, sont parfois classés à part. Pour le cheval comme pour bon nombre d'animaux domestiques, des listes d'ancêtres ont été établies et de nombreuses races possèdent un registre d'élevage qui peut être fermé (seuls les animaux descendants d'animaux déjà enregistrés peuvent faire partie de la race) ou ouvert (le registre accepte des croisements avec d'autres races). L'inscription d'un cheval à un tel registre est soumise à des règles de signalement et de conformité au standard de race. Ces informations sont reprises par de vastes bases de données spécialisées  

Les races les plus connues incluent le Pur-sang, l'Arabe, le Frison, le Pure race espagnole et son voisin le Lusitanien, le Quarter Horse, le Percheron, le Fjord, le Haflinger et le poney Shetland. La liste des races de chevaux est toutefois riche de plusieurs centaines de races.

 

L'étude des chiens et des races de chiensest appelée cynologie. Elle regroupe les approches, les techniques, les philosophies et les divers outils utilisés pour l’éducation canine et le bon comportement des chiens ainsi que leur sélection biologique.

On distingue quatre grandes catégories de chiens définies par Jean Pierre Mégnin, selon leur morphologie :

Les molossoïdes(chiens de « type molosse ») sont des chiens au museau plus ou moins court et à la tête plutôt ronde. Ce type morphologique inclut les dogues tel le Dogue argentin, les chiens de type montagne tel le Saint-Bernard dévolus à la garde mais également des chiens exclusivement utilisés comme animal de compagnie tels le carlin ou le bouledogue français

Les braccoïdes(chiens de « type braque ») possèdent un museau long carré et des oreilles tombantes. Ce type morphologique inclut principalement les chiens de chasse autres que les lévriers. Il s'agit essentiellement de chien courant ou de recherche au sang tel le Chien de Saint-Hubert, de chiens d'arrêts tel l'Épagneul breton ou encore les chiens de rapporteur de gibier tel le Labrador.

Les graïoïdes(chiens de « type lévrier ») ont une longue tête dolichocéphale, un corps fin et une poitrine descendue et un volume très faible de tissu adipeux. Son corps a des proportions similaires à celui du guépard. Cette morphologie est particulièrement adaptée à la course à vitesse importante et à la chasse de proies rapides. Ce type morphologique inclut lévriers classiques comme le Greyhound, le Whippet ou le Saluki et les lévriers primitifs tels le chien du Pharaon.

Les lupoïdes(chiens « ressemblant morphologiquement au loup ») ont une tête « pyramidale » et des oreilles généralement droites à l'image de leur ancêtre sauvage duquel les proportions se sont moins différenciées que pour les trois catégories précédentes. Ce type morphologique inclut les chiens de berger, les chiens de type spitz et nordiques mais aussi certains terriers. Les exemples types 

 

Races humaines , déni et hypocrisie 

Couleur de peau

 

La classification établie par Johann Friedrich Blumenbach à la fin du XVIIIe siècle, qui bien que monogéniste divisait l'espèce humaine en cinq « races » (caucasienne ou blanche, mongole ou jaune, malaise ou marron, noire, Indiens d'Amérique ou rouge), est couramment utilisée jusqu'au début du XXe siècle. C'est alors que l'Américain William Z. Ripley et Joseph Deniker proposent des classifications qui divisent les peuples européens en sous-catégories.

La race, telle qu'elle est définie aujourd'hui par le Bureau du recensement des États-Unis et le Bureau de la gestion et du budget des États-Unis, est une donnée correspondant à un concept d'identification selon lequel les résidents choisissent la race ou les races avec laquelle ou lesquelles ils s'identifient le mieux. Les catégories, qui restent facultatives, représentent un concept sociologique de « races » qui a pour but de « refléter de façon générale une définition sociale de la race reconnue [aux États-Unis] »2. La race et l'ethnicité sont considérées comme deux identités séparées et distinctes, et l'origine hispanique constitue une question séparée. Même s'il est, la plupart du temps, employé pour distinguer des groupes de citoyens dont l'apparence physique est différente il peut aussi bien désigner l'espèce humaine dans son ensemble dans l'expression « human race ».

 

  • « Les termes de Noir ou Afro-Américain (Black or African American) désignent les personnes ayant des origines parmi l'un des groupes de race noire d'Afrique. » Ils incluent les personnes ayant indiqué comme race Black, African Am. ou Negro, ou ayant écrit des désignations comme African American, Afro American, Kenyan, Jamaïcain, Américain d'origine caribéenne (Caribbean-American), Nigérian ou Haïtien.
  • « Les termes d'Amérindien (American Indian) et d'autochtone alaskan (Alaska Native) (abrégé en anglais AIAN) désigne les personnes ayant des origines parmi un ou plusieurs des peuples autochtones d'Amérique du Nord ou du Sud (Amérique centrale incluse), et qui maintiennent des liens communautaires. »
  • « Le terme Asio-Américain (Asian) désigne les personnes ayant des origines parmi un ou plusieurs peuples autochtones de l'Extrême-Orient, de l'Asie du Sud-Est ou du sous-continent indien, incluant par exemple le Bangladesh, le Cambodge, la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée, la Malaisie, le Pakistan, les Philippines, Taïwan, la Thaïlande et le Viêt Nam. Il inclut les désignations Asian Indian, chinois, philippin, coréen, japonais, taïwanais, vietnamien et « Autre asiatique » (Other Asian).
  • « Les termes d'Hawaïen de souche ou autre océanien (Native Hawaiian and Other Pacific Islander, abrégé NHPI) désignent les personnes ayant des origines parmi un ou plusieurs peuples autochtones d'Hawaï, Guam, Samoa, ou d'autres îles d'Océanie. Ils incluent les personnes qui définissent leur race par « Hawaïen de souche » (Native Hawaiian), « Guaméen » ou « Chamorro », « Samoan » et « Autre Océanien » (Other Pacific Islander). »
  • D'autres races (Some other races) inclut toutes les réponses non incluses dans les catégories raciales décrites plus haut. Sont notamment inclus les sondés ayant inscrit des réponses telles que multiracial, mixte (mixed), interracial, Wesort ou un groupe hispano-américain/latino, comme Mexicain, Portoricain, Cubain ou Dominicain.
  • Deux races ou plus désigne les personnes « multiraciales ». Certains peuvent avoir choisi de préciser deux races ou plus soit en cochant les cases « deux races ou plus », soit en inscrivant plusieurs réponses, ou par une combinaison de cases cochées et de réponses inscrites. Beaucoup préfèreraient indiquer un héritage multiracial, mais en utilisant des termes différents de ceux du recensement, comme métis(Mestizo) oumulâtre(Mulatto). Certains sont également incertains quant à leurs origines. Lorsqu'ils ne trouvent pas de choix racial qui semble leur correspondre, plus de 40 % des latinos choisiront de cocher la case « Autre ».

En France

En 1900, Joseph Deniker divise les peuples européens en six races principales (littorale, ibéro insulaire, occidentale, adriatique, nordique, orientale) et quatre secondaires (subnordique, vistulienne, nord-occidentale, subadriatique). En 1933, Georges Montandon divise l'espèce humaine en cinq « grand'races » (europoïde, mongoloïde, négroïde, vedd-australoïde, pygmoïde) elles-mêmes divisées en vingt « races », puis en « sous-races » et pour finir en « groupes somatiques »39.

En 1944, Henri Vallois propose de diviser l'humanité en quatre groupes (primitifs, noirs, blancs, jaunes) répartis en vingt-sept « races »

Les statistiques "ethniques" font débat dans plusieurs pays. En France, elles sont «interdites» et provoquent des réactions passionnées, « qui montrent bien que nous n’en avons pas fini avec la question des races humaines ». Or, comme chez les autres espèces, les races sont indéniables.. Seule leur hiérarchisation est contestable. Le terme "ethnie" est encore plus ambigu. Les juifs (une religion) ne sont, quant à eux,, ni une race, ni une ethnie, bien peu d'entre eux sont des "sémites", bien que l'hébreu soit à l'origine, une langue sémitique, au même titre que l'arabe.  

https://fr.wikipedia.org/wiki/Race_humaine#Race_et_anthropométrie

https://la-dissidence.org/2015/10/03/les-races-existent-le-point-de-vue-scientifique-et-medical/

http://races-langues.wifeo.com/les-races-humaines.php

Le terme "caucasien" est  utilisé dans un contexte sociétal différent comme synonyme de «race blanche» ou d'Européen, parmi d'autres synonymes utilisés pour désigner les personnes d'ascendance européenne comme "caucasique" ou encore "leucoderme"

La dénomination la plus courante pour englober l'ensemble des populations « asiatiques » (bien que les peuples d'Asie aient une grande variété de critères physiques, souvent différents de ceux des Est-Asiatiques) en Europe ou aux États-Unis plus rarement, est Mongoloïde. Le terme « Oriental » était couramment employé aux États-Unis, mais est maintenant devenu péjoratif.

 

Races et BIBLE !

Selon le récit de la création dans la Genèse, l'humanité descend d'un homme, Adam, créé par Dieu, et elle a donc une origine commune et unique.

Mais c'est faux ! Si ce dieu tribal – Élohim, Yahvé, Adonaï - avait des rivaux, "Un dieu jaloux" c'est qu'il en existait d'autres ! Le dieu de la genèse ( soi-disant le plus puissant des dieux) n'a pas créé l'Humanité tout entière, mais ses propres créatures, qu'il a placées dans le Jardin d'Éden (Adam et Ève sont les ancêtres de son  peuple "élu"), qu'il a séparé des peuples, afin de leur transmettre ses exigences rituelles, ses directives et ses interdits,  tribu privilégiée à laquelle  il ordonne le massacre et la destruction des autres "races", quand il ne vient pas les exterminer lui-même. Il leur a donné aussi l'acte de propriété sur la "Terre Promise" (Israël) que les anglais ont ratifié en 1917 :

« Cher Lord Rothschild,

J'ai le grand plaisir de vous adresser, de la part du Gouvernement de Sa Majesté, la déclaration suivante, sympathisant avec les aspirations juives sionistes, déclaration qui, soumise au cabinet, a été approuvée par lui.

Le Gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un Foyer national pour les Juifs et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte soit aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, soit aux droits et aux statuts politiques dont les Juifs disposent dans tout autre pays.

Je vous serais obligé de porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste  »    Arthur James Balfour.

Croyances et culte qu'on  retrouve, à peine modifiés, dans le christianisme – simple dissidence sectaire du messianisme biblique.  Le mythe du "juif- fils- de- dieu" mort et ressuscité dure depuis plus de 20 siècles, assorti  d'une vierge-mère inventée au 4èmesiècle, et des saints par milliers, tout ce monde censé peupler le firmament, les cieux, le cosmos. 

Ainsi, Caïn, selon la genèse, est parti à l'est d'Eden, où il prit femme ... ( dans une autre tribu ? Évidemment !) Pour les juifs, la Création en 6 jours date de 5778 ans. Les civilisations babylonienne et égyptiennes préexistaient depuis des siècles !